Les cyclo-reporters

Ekaterina Agafonova, 22 ans, Russe. Je viens d’un pays immense et énigmatique que j’ai envie de découvrir. « Découvrir » est un mot qui pour moi signifie vraiment beaucoup. C’est un but professionnel mais aussi une attitude personnel. Je rêve de faire un tour du monde — et le métier du journalisme le permet. J’ai terminé la faculté du journalisme de l’Université d’Etat de Moscou Lomonossov, ma spécialisation là-bas était « la critique d’art » puis « la communication ». J’aimerais me spécialiser dans la critique d’art.

Assaleck AG TITA, XX ans, Malien. Né le 5 Février 1982 à Kidal (Nord- Mali), l’actuel fief des islamistes et bandits de tout genre, je connais le vent, la solitude et la soif. Touareg et Fils d’instituteur, j’ai éffectué des études de communication et de journalisme dans un institut privé à Bamako (Mali). Je n’ai pas été admis au concours de l’ESJ-Lille 2012, en revanche grâce à une bourse d’étude du gouvernement français, je participe à son université d’été 2012. Si Dieu me le permet je reprendrai le concours l’année prochaine. Par ailleurs je suis blogueur pour le projet Mondoglog de RFI.

Yahya ALI AHMED, 30 ans, Djiboutien. Salam à tous et à toutes, Moi c’est Yahia, j’ai la tête d’un Indien mais je suis en fait Djiboutien. Mon pays est un lopin de terre situé en Afrique de l’est et colonisé par la France jusqu’en 1977. Je suis de nature calme et assez avenante. Ah oui, je vous préviens ce que je n’aime pas : le mensonge. Alors si vous ne l’êtes pas vous trouverez sûrement en moi un ami loyal. Ma devise dans la vie est cette célèbre citation de Sénèque « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas mais c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Qu’est ce que vous devriez aussi savoir sur moi ? Sachez que je suis marié et papa depuis septembre 2011.

Emmanuel Savio AMAKEMBE EKOULI, 35 ans, Camerounais. Diplômé de l’École de Journalisme du Cameroun, je suis journaliste et rédacteur en chef à l’hebdomadaire camerounais Le Combattant depuis 5 ans. Je suis second d’une famille de six enfants. Je connais un peu la France pour y être souvent venu. Je suis handicapé du pied gauche ce qui ne m’empêche de faire du sport et… du vélo pour découvrir la Haute-Marne.

Meng CHENG, 22 ans, Chinoise. J’ai appris le français durant quatre ans à l’Institut de Diplomatie de Chine, à Pékin. J’ai ensuite passé ma dernière année de licence à l’Université Rennes 2 (2011-2012) dans le cadre d’un échange franco-chinois. Sur ce blog, je vais partager avec vous mes pensées, mes humeurs et mes émotions. Comme disait le scupteur Auguste Rodin, « (…) La beauté est partout. Ce n’est pas elle qui manque à nos yeux, ce sont nos yeux qui manquent à l’apercevoir ». A moi désormais de capter l’environnement haut-marnais du mieux possible !

Diénéba DEME, 25 ans, Malienne. Le métier de journaliste me passionne depuis mon plus jeune âge et deviens rédactrice en chef du journal de mon lycée « La plume » en 2001. J’obtiens mon DSJ (Diplôme Supérieur de Journalisme) au CESTI (Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information) de Dakar, Sénégal en 2008 et deviens journaliste à la radio Kledu de Bamako en 2009. Devenue JRI en 2010, après une formation au Maroc, je suis la correspondante de l’Agence Afrik Tv, pour le Mali.

Sarata (Sarah) DIABY, 30 ans, Ivoirienne. Timide et très réservée, je suis originaire du pays des éléphants, la Côte d’Ivoire, où j’ai fait une maîtrise de Lettres. Je réside en France depuis bientôt un an en région Midi-Pyrénées puis dans le Languedoc-Roussillon où j’ai posé mes valises. Après une vie paisible dans la bonne ville de Montpellier dans laquelle j’ai fait un Master 2 de recherche en littérature française et comparée à l’université Paul Valéry, j’ai décidé de mettre le cap sur le « grand nord » français. La communication en général et le journalisme en particulier sont une passion lointaine et j’espère trouver mes marques à l’ESJ-Lille (École Supérieure de Journalisme de Lille). À travers ce métier passionnant, j’aimerais –entre autres- vaincre ma timidité.

Meryem Driouch. 23 ans. Marocaine. Ma vocation pour le journalisme est née lorsque j’ai touché pour la première fois à la radio en 2007, pendant ma formation à Com’sup (école supérieure de communication et de publicité de Casablanca) qui a duré 2 ans. Puis, en 2009, j’ai décidé de quitter ma ville et de venir en France afin d’approfondir mes connaissances. J’ai intégré une licence d’arts du spectacle puis une licence de communication, médiation numérique et nouveaux médias à l’université Montpellier III. Aujourd’hui, j’ai réussi l’exploit d’intégrer l’ESJ, l’une des prestigieuses écoles françaises de journalisme. Mon rêve de devenir journaliste commence enfin à se réaliser.

Ksenia Gulia, 21 ans. Je suis née et j’ai grandi à Moscou. J’ai commencé le journalisme dans la presse locale. Un an aprés je suis entrée à la Faculté de Journalisme de l’Université d’Etat de Moscou Lomonossov. De 2007 à 2011 j’ai écrit pour le magazine Kommersant. Dans le cadre de la formation au Centre Franco-Russe de journalisme j’ai eu l’opportunité d’écrire pour le quotidien Libération et de piger pour RFI. Je suis étudiante de l’ESJ et de l’IEP de Lille depuis juillet 2012.

Wenyan HU, 24 ans, Chinoise. Née à Zibo, ancien fief du Royaume Qi du Shandong, province qui se trouve nord-est de Chine, j’ai fait 6 ans d’études universitaires de langue et littérature française, 4 ans à Qingdao et 2 an à Shanghai. Un stage de deux mois en été 2011 en tant qu’assistante de recherche pour la correspondante du Figaro à Shanghai m’a orienté vers le journalisme. Durant cet été, surtout les reportages de l’accident du train rapide à Wenzhou m’ont convaincu la force des médias en Chine, même si elle reste très contrainte. Voilà je suis à ESJ-Lille et voudrais m’engager pour cette force.

Poly Muzalia, 25 ans, Congolais (RDC). Je viens de Goma, une petite ville de l’Est de la République Démocratique du Congo. Parallèlement à des études de droit public, j’ai fait de la communication pour des associations de défense des droits de l’Enfant dans mon pays. Je suis un passionné d’internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication. À ce titre, j’ai collaboré à des plateformes de blogueurs dans mon pays. Par la suite, j’ai travaillé pour le site www.mutaani.com, avant d’être admis à l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *